Désaisonnalisation

Le constat

La crise sanitaire qui s'additionne au réchauffement climatique, ces deux dernières années ont bouleversées les standards économique d'une grande majorité des stations, certaines ont pu anticiper et on déjà fait le choix de diversifier les activités proposées sur leur site et cela sur toutes les saisons (VTT, randonnées, course d'orientation...).

A quoi ressemblera l'avenir et les prochaines années ? A une «sanctuarisation du ski alpin dans les très grandes stations d'altitude capables d'investissements en communication et en infrastructures : neige de culture généralisée, remontées mécaniques, équipements ludiques, commerciaux et festifs de prestige», écrit Philippe Bourdeau, professeur à l'Institut d'urbanisme et de géographie alpine à l'université Grenoble-Alpes, dans la revue spécialisée Urbanisme. Plombées par le changement climatique, les autres stations seraient donc vouées à fermer si elles ne se réinventent pas durablement.

On sait par plusieurs études que beaucoup de stations de moyenne montagne n'auront plus assez de neige d'ici 2030/2035 pour le "tout ski" soit encore économiquement viable. Se pose la question de l'amortissement des futurs investissements et les choix cruciaux dont vont faire face les stations ces prochaines années.

 «La neige de culture produite grâce aux canons permettra de tenir quelques années mais c'est d'une certaine manière un prolongement dans un cul-de-sac», précise Vincent Vlès chercheur CNRS au laboratoire Certop. Pourtant nombre de stations s'accrochent à cette solution. Le département de l'Isère estime par exemple que 42 % de la surface de ses domaines skiables seront équipés pour la neige de culture d'ici à 2025, avec l'espoir de «maintenir un niveau d'enneigement en 2050 similaire à celui d'aujourd'hui»

Il semble donc important de se tourner vers l'avenir en préparant et en anticipant le manque de neige dont faire face bon nombres de stations en désaisonnalisant la stratégie de développement des activités.

L'exemple de la station de Métabief dans le Jura est un exemple trés intéressant et les iniatives présentées ci-dessous viennent de leur expérience, un document que vous pouvez trouver ici.

Les initiatives et actions possibles pour agir

Développer des sites multi-activités

La baisse du niveau de neige dans certaines stations de moyenne montagne ont amené à réfléchir à la création de site multi-activités comme par exemple un tapis remonte pente couvert par un tunnel qui sert de site d'escalade pour les enfants ou de terrain de jeux en été pour le VTT et BMX.

Développer les compétences des saisonniers

Certaines stations accompagnent les saisonniers dans leur parcours de formation afin qu'ils acquièrent des compétences multiples afin d'être plus polyvalents pour trouver un emploi durable. Certains stations ont mis en place des conventions avec des centres de formation pour développer et adapter les formations à l'évolution des métiers.

L'innovation des équipes

L’innovation permet d’apporter à la culture d’entreprise des habitudes indispensables pour réussir la transition :

  •  Le goût d’expérimenter
  •  Le droit de se tromper
  •  Sortir des sentiers battus 
  •  Se différencier
  •  Éviter “l’effet catalogue”  (ne pas prendre uniquement ce que les fournisseurs proposent)

Concertation avec les habitants et les différents acteurs pour un projet de territoire porté par tous

La conduite de la transition climatique d’une station de ski ne passe pas seulement par une mutation interne à la structure gestionnaire, elle passe par une transformation de l’écosystème montagnard dans son ensemble.
Identifier les valeurs communes à l’échelle de son territoire avec les élus locaux, les socioprofessionnels et les habitants est donc une étape importante pour conduire une transition.